Introversion et lecture

introverti-qui-lit

L’introversion est un terme inventé par Jung en 1921 pour désigner une attitude observable chez un individu selon sa tendance à s’intéresser aux objets externes, aka le monde extérieur quoi.

Au fil du temps, ce terme en est venu à désigner une personne qui va prioriser ses ressentis, et garder une impression subjective de ses interactions. En opposition à une personne extravertie qui va se définir par ces mêmes interactions, aux objets, personnes et événements extérieurs.

Quel rapport avec la lecture, me direz-vous ? Simplement que je vois souvent évoqué un lien entre les deux. Une personne introvertie est souvent vu comme un.e stéréotype de trentenaire, restant le soir avec une tasse de thé/chocolat lire un bouquin ou bingewatcher Netflix avec son chat. (Mais on ne va pas parler de Netflix pour cette fois.) Pour donner un exemple, en tapant “introverti” sur un moteur de recherche on tombe dès les 1ers résultats sur ce type d’image :

Alors pourquoi une personne introvertie se tournerait plus facilement vers la lecture ? Et surtout, pourquoi part-on du principe que les extravertis lisent moins ?

Il est reconnu que les introvertis accorde plus d’importance aux mots, à la réflexion ; ils apprécient d’utiliser les justes expressions, de jouer avec elles, de développer des idées. Un introverti sera plus enclin à débattre de sujets profonds qu’à parler de la pluie et du beau temps.

Bien sûr, la prédisposition des introvertis à chercher la solitude et la tranquillité, à avoir plus de temps libre pour soi, amène naturellement à développer une affinité pour les livres. Ce qui m’amuse, c’est justement cette généralisation du lien entre l’introverti.e et le goût pour la lecture. Enfin, c’est en tout cas mon ressenti, car je n’ai pas trouvé d’article ou d’étude sur ce lien direct…Mais, il est clair que beaucoup de personnes que j’ai rencontrées dans les cercles littéraires se disent introverties. A l’inverse, si les extravertis que je connais n’ont pas d’aversion pour les livres, ils reconnaissent généralement “ne pas prendre le temps de lire”.

Serait-ce dû à une capacité de concentration, d’évasion ou d’imagination inhérente aux introvertis ? Personnellement, j’ai la capacité de concentration d’un hamster en temps normal, mais je peux me plonger des heures durant dans un livre et occulter le monde autour de moi.

Qu’en pensez-vous ? Connaissez-vous des introvertis qui détestent lire ? Ou des grands lecteurs extravertis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.