La librairie indépendante est morte, vive la librairie

buying books

Il y a quelques temps que je ne suis plus les actualités de la librairie, surtout indépendante. (mea culpa)

Quelle n’a donc pas été ma surprise en apprenant la démarche de rachat du groupe Decitre par le Furet Du Nord. Decitre, c’est un groupe lyonnais de librairies, qui compte aujourd’hui 9 boutiques dans la région Rhône-Alpes et environ 400 salariés. Créée en 1907 à Lyon Bellecour, l’enseigne est aujourd’hui dirigée par le petit-fils du fondateur, Guillaume Decitre.

Le Furet Du Nord est un groupe de 20 librairies situées, comme son nom l’indique, principalement dans le Nord, mais aussi à Paris et en Belgique.

MAIS. Contrairement à Decitre, il faut savoir que le Furet Du Nord n’est en rien une librairie indépendante. En 1999, Extrapole et son actionnaire Lagardère Service a en effet racheté le groupe d’origine. Rappel : anciennement Hachette Distribution Services, Lagardère Service a racheté le réseau Virgin en 2001, devenant ainsi le deuxième groupe français de distribution spécialisée de produits culturels (juste derrière Pinault Printemps Redoute). On connaît cependant les conséquences commerciales de la reprise pour Virgin. Puis, en 2008, 2 filiales du Crédit Agricole Nord de France (Vauban Partenaires et Participex Gestion)rachètent le groupe . Le Furet Du Nord prospère alors avec la mise en place d’un site e-commerce et l’entreprise se lance sur le Web. Il est parfois qualifié de “supermarché du livre”.

Par ailleurs, le groupe tente en 2017 une opération de rachat de Sauramps (Montpellier) qui préfère cependant l’offre d’Amétis (un groupe immobilier spécialisé dans le logement social, #perplexité). En 2018, le Furet rachète Chapitre.be, anciennement Agora, une enseigne de 2 magasins en Belgique (+une boutique en ligne).

Bon. Tout ça, ça fait beaucoup d’informations un peu rébarbatives. La question, c’est pourquoi on en parle ? Et bien parce que moi, ça m’a bien fait réfléchir.  

Depuis quelques années, les problématiques de concurrence, monopole et indépendance occupent le devant de la scène dans le secteur de l’édition. On parle aussi beaucoup d’Amazon côté vente au grand public.

Mais, et c’est mon point de vue personnel, cet enchaînement d’achats, et de tentatives de rachat, s’étendant sur toute la France, ça me donne froid dans le dos. Il faut savoir que Decitre, Le Furet du Nord et Sauramps représentent une bonne part des groupements de librairies à taille humaine en France (on peut les comparer à Mollat à Bordeaux, Privat à Toulouse, sur des échelles plus modestes). Les réunir amènerait à viser d’égaler la FNAC ou Gibert Joseph.

Pourquoi ça me fait peur ? Parce que cette annonce de rachat de Decitre signe, déjà, la fin d’un groupe familial et profondément régional que j’aime beaucoup. Et parce, de rachat en rachat, se profile un marché de monopole de la librairie. Alors oui, cette vision est extrêmement sombre, pessimiste et peut paraître caricaturale, mais le marché déclinant du livre n’amène pas à des perspectives réjouissantes. Et, plus que jamais, conforte dans la nécessité de soutenir les libraires indépendants et leurs initiatives.

Vous, qu’en pensez-vous ? Les librairies devraient-elles rester au maximum indépendantes, ou sont-elles amenées à se regrouper en chaînes ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.